Vie en communauté à San Clemente
Vie en communauté à San Clemente

Vie en communauté à San Clemente

Aujourd’hui, départ pour quelques jours dans la communauté de San Clemente, à côté d’Ibarra, à environ 2h30 au Nord de Quito.
L’objectif de la communauté est d’accueillir les touristes directement dans les familles de la communauté et de leur faire découvrir leur culture et leur quotidien. Pour nous, qui recherchons le calme, la nature et le contact avec les habitants des pays que nous visitons, c’est l’idéal !

Vue d'Ibarra depuis San ClementeLes familles de la communauté, toutes d’origine Quichua, essaient de préserver l’environnement (ils n’utilisent aucun produit chimique et n’ont pas de machines pour le travail aux champs) et de maintenir active la culture de leurs ancêtres.

Nous sommes accueillis dans une famille un peu particulière puisque Zoila et sa famille ont rejoint la communauté il y a seulement 2 ans. Ils vivaient auparavant à Quito et ont décidé de vendre leur voiture et d’abandonner le confort de la ville pour venir ici… Quelques similitudes avec le choix de certains Parisiens qui refont leur vie à la campagne !

Ne croyez pas pour autant qu’il n’y a pas de « confort » à San Clemente. A notre grande surprise, il y a l’electricité, les toilettes et même la douche chaude ! Bon évidemment, la nuit était un peu fraiche, mais on ne peut pas trop en demander à 3500m d’altitude !

Nous passons 2 jours forts dans la famille de Zoila. Au programme, la vie telle qu’elle devait être en France il y a 50 ans…

Traite de la vache (pas vraiment une réussite pour moi !)

Traite de la vache à San ClementeExtraction de graines de Quinoa (à la main évidemment)

Quinoa - San ClementeLabour d’un champ avec les taureaux… Clem s’en souviendra longtemps !

Labour à San ClementeCuisine de tortillas et d’empanadas (hum, un délice)

Tortillas de maïs - San ClementeMais aussi la récolte des petits pois, le bêchage d’un champs de maïs et surtout de longues discussions avec Zoila, avec qui nous allons le dernier jour dans les montagnes qui surplombent la Laguna Yaguarcocha.

Laguna YaguarcochaP.S. : je ne parle que de Zoila car nous n’avons pas vu son mari qui travaille à la ville, comme beaucoup d’hommes de la communauté d’ailleurs.

6 commentaires

  1. Carole

    Paysages magnifiques !!!
    La cuisine fait remonter des souvenirs de gorditas à Divisadero, miam miam !
    Et la communauté me rappelle la visite que l’on avait faite chez les Tarahumaras à Creel !!

Laisser un commentaire