Parc national du Cotopaxi
Parc national du Cotopaxi

Parc national du Cotopaxi

Après une semaine en Equateur, voici venue l’heure de notre première grosse randonnée. Nous nous levons à 5h du mat pour rejoindre le parc national du Cotopaxi, le volcan actif le plus haut du monde (5897m), où nous passerons 2 jours.

Le bus nous laisse le long de la Panaméricaine mais nous avons encore 6 km jusqu’au poste de contrôle puis encore 10 km jusqu’à l’entrée du parc. Il est tôt et pas la moindre voiture en vue alors nous partons à pied.
Après 1h30 de marche et de voiture (nous arrivons à nous faire prendre par deux voitures), nous arrivons finalement à l’entrée du parc à 3700 mètres d’altitude.

Il ne fait pas très beau et le sommet du Cotopaxi est caché sous les nuages…

CotopaxiCela ne nous arrête pas pour autant : direction la lagune Limpiopungo (3900 m), à 45 minutes de marche de l’entrée du parc. Point négatif du parc : il n’est pas vraiment fait pour les randonneurs mais plus pour les voitures, ce qui fait que nous marchons sur les mêmes pistes que celles où roulent les voitures et donc nous mangeons pas mal de poussière !

Petit moment de répit autour de la lagune… Le temps n’est toujours pas super dégagé mais nous apercevons quand même, vaguement à travers les nuages, le sommet du volcan.  L’endroit est superbe : le volcan Rumiñahui derrière nous et le Cotopaxi en face et il n’y a pratiquement personne !

Laguna Limpiopungo Laguna LimpiopungoNous grignotons un peu puis filons vers l’hosterìa Tambopaxi, à environ 8 km. Nous trouvons un sentier sans voitures, ce qui est beaucoup plus sympa ! Les paysages sont assez désertiques : énormes pierres volcaniques et peu de végétation.

Nous arrivons à l’hosterìa en début d’après-midi après une petite rando très sympa. Repos tout le reste de la journée ! L’hosterìa s’y prête bien avec sa vue panoramique sur le Cotopaxi, malheureusement encore sous les nuages. Espérons que ce soit mieux demain !

2 commentaires

  1. Agnès

    Presque comme le Kilimandjaro oui, mais tu verras dans le prochain billet que n’avons pas atteint le sommet. Il aurait fallu prendre un guide et marcher 8h sur la glace…
    C’est désertique, mais il y a une connexion wifi partout, même dans les endroits les plus isolés ! Bisous

Laisser un commentaire