Satanés serpents de Salina

Pour aller de Vulcano à Salina, nous prenons un de ces bateaux ailés qui circulent entre les îles Eoliennes. A 8h, nous sommes déjà sur place (et oui, ça ne déconne pas en vacances… Bon ok j’avoue, c’est juste qu’il faisait trop chaud sous la tente pour dormir). En effet, Il fait déjà méga chaud, ce qui ne va pas faciliter notre montée à la Fossa dei Felci (962m), l’un des deux cratères de l’île.

Eglise de Salina - SicileDepuis Santa Marina, nous ne trouvons aucune indication pour le « Monte Fossa ». Heureusement, Clem a imprimé le récit de Dominique qui va nous être bien utile (merci bien). On va quand même tourner une bonne demi-heure dans la ville avant de trouver le bon chemin… Alors voilà en détail comment trouver le chemin depuis le port (si vous n’allez pas faire cette rando, passez au paragraphe suivant) :

  • A l’arrivée en bateau, il faut suivre la côte à droite.
  • Après 5 minutes environ, on rejoint la route de Malfa. Prendre à droite.
  • Seulement quelques mètres plus loin, en face de l’hôtel Rapa Nui, prendre le chemin qui monte à gauche.
  • Un peu plus haut, à l’intersection, prendre à gauche (il faut toujours monter).
  • Au bout de quelques minutes, on arrive sur une petite place. Aller au bout puis prendre à gauche.
  • On aperçoit une petite maison en ruine : se diriger vers elle puis suivre les indications « Monte Fossa ».

Donc après avoir tourné un peu en rond, nous empruntons le petit chemin en pierres qui grimpe tranquillement à travers les herbes. Je frémis à chaque bruit dans les broussailles. Ce sont sûrement de petits lézards, mais on a vu, tout à l’heure, une queue noire partir dans les herbes alors je ne suis pas super zen ! Il y a de quoi puisqu’à peine quelques minutes plus tard, nous frôlons un serpent noir, une vipère je crois… C’est atroce puisqu’il y a des herbes partout et donc sûrement plein d’autres serpents à croiser ! Nous marchons à une allure soutenue (allez savoir pourquoi ?!!) et tapons des pieds et des bâtons (à ce moment précis, on se fout d’être ridicules !) en se disant que les serpents ont sûrement plus peur de nous que le contraire. Enfin, ça reste à prouver !

Finalement, nous nous accordons une mini-pause 40 minutes plus tard. Nous sommes tous les deux en nage. Il faut dire que ça grimpe bien et qu’il fait extrêmement chaud.

Fossa Dei Felci - SalinaNous repartons un peu plus tranquillement, mais toujours à l’affut du moindre bruit. Le sentier grimpe de plus en plus à la verticale et toutes ces marches que nous devons gravir me rappellent étrangement le chemin de l’Inca et tout spécialement le Col de la Femme Morte ! Nous arrivons en haut trempés.

Fossa Dei Felci - SalinaNous prenons à gauche du refuge pour essayer de faire le tour du cratère, mais nous faisons demi-tour. Il n’y a rien à part une splendide vue sur les îles de Lipari et Vulcano, ce qui est déjà pas mal !

Vue sur Lipari et Vulcano - SalinaEn fait, c’est le chemin à droite du refuge qui mène jusqu’au bord du cratère. Nous sommes en peu déçus car le cratère est entièrement recouvert d’une forêt de pins… difficile de se rendre compte de ce qu’il représente vraiment. En revanche, juste sur notre droite, nous avons une vue magnifique du second cratère de l’île, « Monte dei Porri », qui ressemble vraiment à l’idée que nous avons des volcans. Il est splendide, mais pas sûr que nous ayons la force et le temps d’y monter.

Monte dei Poirri - SalinaNous redescendons en prenant le chemin de Valdichiesa : pas question de reprendre le chemin des serpents !!! La descente est très tranquille au début et va très vite nous lasser, comme d’habitude. Nous mettons quand même 1h30 pour arriver au minuscule village de Valdichiesa. Rien pour manger, pas de bus avant plus d’une heure… Nous décidons donc de descendre les 6km qui nous séparent de la plage de Rinella à pied. C’est évidemment la mauvaise heure et le soleil tape fort. Nos pieds sur le goudron chauffent bien avant d’atteindre Rinella. Heureusement, les îles Eoliennes permettent de se détendre dans une eau transparente qui fait vite oublier les efforts de la rando !

Laisser un commentaire